Témoignages

Denis bénévole chez MAZONE                                         

Comment êtes-vous devenu bénévole ?
Cela s’est fait par hasard, je connaissais l’association MAZONE et son responsable Eric BENDRIEM. Il avait besoin de bras volontaires pour préparer les colis de pessah , je me suis proposé.
 
Pourquoi avoir choisi MAZONE ?
C’est une association qui correspond à mes valeurs et à mon identité juive, Eric BENDRIEM est quelqu’un d’intègre qui se sacrifie pour cette mission, « celle d’aider les autres ». Il sait optimiser chaque don qu’il reçoit pour que les familles nécessiteuses en profite au mieux, de plus elle  est parrainé par le Rav BENCHETRIT qui est pour moi le garant morale de cette association.
 
Qu’avez-vous retenu de cette expérience ?
Après avoir participé avec mes enfants à l’opération « colis de pessah » , j’ai eu envie d’aller plus loin dans mon engagement , donner de l’argent c’est bien mais donner de son temps c’est «  Gagnant -Gagnant » !
 
Pourquoi ?
Quand on donne de l’argent, en retour on reçoit un cerfa, quand on donne de son temps en retour on reçoit de l’estime de soi.
 
Quels souvenirs gardez-vous de cette soirée bénévole « Colis de pessah » ?
Une soirée extraordinaire de joie et de rires, des rencontres avec des gens remarquables de tous horizons et de tous niveaux sociales heureux d’être ensemble pour préparer des centaines de colis destinées aux familles nécessiteuses.
Aussi d’avoir fait découvrir le don de soi à mes enfants, celui d’aider les autres dans la joie.
 
Un mot pour inciter les gens à faire un don ou du bénévolat pour MAZONE !
Regardez les photos des bénévoles, ils sont tous souriants, vous savez pourquoi ?
L’altruisme rend heureux, n’attendez-pas, donnez, pas demain, maintenant !
 
Le mot de la faim !
Se souhaiter, à soi, à ses proches, à ceux qui vous sont chers, une belle et douce nouvelle année et ne pas oublier que c’est en donnant que l’on reçoit. MERCI.

Sarah K., Bénévole récupérant le surplus lors des soirées chez les traiteurs.


« Je suis salariée dans une entreprise et régulièrement je vais dans les soirées de mariage ou de Bar Mitzva pour récupérer le surplus des traiteurs. Quand je vois toute la nourriture qu'il reste, je me rends compte que mon action est vraiment utile.
Surtout quand je sais que le lendemain, ces aliments que j'ai récupérés, permettront de nourrir des familles. »